PHILOSOPHIE DU PROJET & CANDIDATURES / PANORAMA DES RÉSIDENCES [ 1991 - 2017 ]
Liste des artistes en résidence 1991 / 2017
2017Jimmy RICHER
Floryan VARENNES
Céline LASTENNET
Sabrina VITALI
2016Lou-Andréa LASSALLE
Amélie BERRODIER
Charlotte BARRY
Léa DUMAYET
2015Thomas MALENFANT
Pauline TOYER
Julie CHAFFORT
Nathalie LA HARGUE
2014Théodora BARAT
Béranger LAYMOND
Gabrielle HERVEET
Elisabeth SCHNEIDER
2013Simon THIOU
Romain RAMBAUD
Christelle ENAULT
2012Joo HEE YANG
WINSHLUSS
Claude LEVEQUE
Bérénice MERLET
Anouk BERENGUER
2011Sarah GARZONI
Evgenija WASSILEW
Jannick GUILLOU
Laura WHITE
2010Nino LAISNE
Vincent CARLIER
Benjamin DUFOUR
Charlotte PUERTAS
2009Benoit MENARD
Elodie BOUTRY
Samir RAMDANI
Suzanne HUSKY
2008Eva TAULOIS
Astrid KORNTHEUER
Marie MOREL
Roland FUHRMANN (Allemagne)
2007Mélanie BERGER
Raphaële de GOROSTARZU
Anne-Laure BOYER
Rabea EIPPERLE (Allemagne)
2006Henni ALTFAN
Régis BAUDY
Julia PALLONE
Sylvain BOURGET
Nicolas GUIOT
Emeric HAUCHARD
2005Aeneas WILDER (Ecosse)
Michelle ALLARD (Canada)
Wilson TROUVE
Cédric COTTAZ
2004Sébastien VONIER
Lucie CHAUMONT
Vincent MAUGER
Julie LEGRAND
2003Laurent VAILLER
Nicolas SIMARIK
Jagna CIUCHTA
Caroline MOLUSSON
2002Nobuyuki TAKAHASHI (Japon)
Guillaume PINARD
Babeth RAMBAULT
Chrysa CHOUMETI
Florian BALZE
2001Sayaka AKIYAMA
Ulrika BYTTNER
Agnès HARDY
Hervé COQUERET
Nathalie SIX
2000Tomoko MAEZAWA
Freddy BERNARD
Bertrand DIACRE-PIEPLU
Christophe DUBOIS
Aurélie RONCIN
1999Séverine MONEUSE
Yasulo IBA (Japon)
Frédéric LEFEVER
Jean-Marc BERGUEL
1998François DURIF
Anne-Sophie DESOBLIN
Sabine GODEFROY (SABDAM)
Takanobu KOBAYASHI (Japon)
Jean-Guillaume GALLAIS
Emmanuelle SAMSON
1997Virginie DELANNOY
Marika BUHRMANN
Asako TOKITSU (Japon)
Rémy UCHEDA
Maud REVEL
1996Ludovic LIGNON
Seigen KYU (Japon)
Liliane VIALA et Pierre DUMONTHIER
Audry LISERON-MONFILS
Emmanuel LOUISGRAND
Gilles PICOUET
1995Sebastian GORDIN (Argentine)
Isabel BRETONES
Keita EGAMI (Japon)
Didier COURBOT
Pascal BROCCOLICHI
Maxime GONZALES
1994Baptiste ROUX
Guy CHEVALIER
Kenjiro OKAZAKI (Japon)
Olivier LEROI
Daniel FARNAUD
Xavier BOUSSIRON
1993H3 - Agathe HOUDAYER et Philippe HELAINE
Eric ARLIX
Tokihiro SATOH (Japon)
Stefan BOHNENBERGER (Allemagne)
Patrick VEYSSIERE
DSM - Isabelle CHEMIN et Guido HUBNER
1992Christophe BALLANGE
Emmanuel ARAGON
Ko KASHIWAGI (Japon)
Geneviève BURKARDT (Suisse)
1991René RIOU
Marika PERROS
Véronique MATTEUDI
Rosario MINEO
Satoko MASUDA (Japon)
Nathalie SIX // 2001 //
     



Née en 1972.
Vit et travaille à Rennes.

A quoi ressemble le tour de la ville ? à une ligne constituée de façades, de rues, de fenêtres, de portes, de vitrines, d’arbres, d’herbes, de fleurs, de grilles, de haies, de rumeurs, de bribes de scènes, de choses et de gestes usés par l’habitude, à une ligne qui décide d’un intérieur et d’un extérieur, d’un regard qui s’ouvre, s’envole ou se replie, se recentre, une ligne qui avance, développe une sorte de réseau parcouru de résonances, ponctué de nœuds et d’interférences, dans un échange de volumes, de couleurs, de lumières plus ou moins scintillantes ou plates, une ligne qui tourne autour d’une figure difficile à définir, qui n’est pas sûre d’elle-même et préfère rester dans une certaine hésitation mais qui flotte avec assez d’insistance pour qu’on la prenne en compte. Nathalie S. convoque le réel dans l’espace d’un quotidien qui révèle sa banalité et sa fragilité. Si elle insiste sur ce quotidien, c’est pour pointer sa capacité de résistance à toute tentative d’appropriation mais aussi l’incertitude constante qui entoure son existence. La recherche d’une matérialité brute, dérisoire oriente le regard en direction d’une fiction insaisissable. Dans son atelier, Nathalie S. n’affirme rien, n’esquive même pas le vide, l’attente. Pas question d’une attitude plus offensive, enveloppante. Conteur laconique : l’évier. Des fantômes contrôlables : les éponges. La prise de courant : faire chauffer de l’eau pour le thé. Par prudence, on cède à l’imaginaire. On se contente d’une consistance incertaine mais sans doute périlleuse. Nathalie S. scotche au mur une carte postale. Elle pose contre le mur deux tabourets bleus entre deux fenêtres. Elle déplace, agence un matelas, un parasol, une table, un socle et des chaises. On suppose qu’elle décrète entre eux une certaine entente. Aucun commencement, aucune fin. Pas de nœuds, pas de dénouement. Des menus événements, des gestes anecdotiques. Passage du dedans au dehors. La même posture de témoin. Nathalie S., son affaire c’est d’être là, face aux alternances de l’évidence et de l’énigme, face à l’obstacle de la moindre présence. La ronde des brouettes : quelque chose qui s’en retourne à l ‘enfance. Une rue, la nuit. Des passants qui redeviennent fluides. Des enseignes qui clignotent. Une cloche qui sonne. La ville qui soudain prend ses précautions. Contre qui se protège-t-elle ? Le rond-point, les oiseaux, le chien qui aboie et les voitures : on se cache, on veille, on mâche la matière anodine du temps qui passe. Le facteur qui siffle, le camion orange qui recule, les pigeons : un presque rien qui s’embue volontiers et intrigue. L’arbre énigmatique, la côte, des voitures qui montent, descendent et cette curieuse impression ni acidulée ni neutre. Nathalie S. ne cherche pas la tension décisive qui définirait la situation, l’action, le moment. Elle ne se risque pas non plus à une sorte de neutralité. Elle s’en tient à ce mince fil qui nous lie tout simplement à la transparence des infirmes mais nécessaires vibrations du monde et de ses possibles images.

Didier ARNAUDET

Nathalie SIX
« à Monflanquin il y a neufs rues »
Artiste en résidence à Monflanquin
de novembre 2000 à février 2001
Catalogue 16 pages couleurs – 21 x 16 cm .
( Couverture dépliant en 4 volets)
8 photographies couleur
Textes Didier ARNAUDET / Nathalie SIX"
Prix public : 5 €uro - Prix adhérent : 3 €uro