PHILOSOPHIE DU PROJET & CANDIDATURES / PANORAMA DES RÉSIDENCES [ 1991 - 2017 ]
Liste des artistes en résidence 1991 / 2017
2017Jimmy RICHER
Floryan VARENNES
Céline LASTENNET
Sabrina VITALI
2016Lou-Andréa LASSALLE
Amélie BERRODIER
Charlotte BARRY
Léa DUMAYET
2015Thomas MALENFANT
Pauline TOYER
Julie CHAFFORT
Nathalie LA HARGUE
2014Théodora BARAT
Béranger LAYMOND
Gabrielle HERVEET
Elisabeth SCHNEIDER
2013Simon THIOU
Romain RAMBAUD
Christelle ENAULT
2012Joo HEE YANG
WINSHLUSS
Claude LEVEQUE
Bérénice MERLET
Anouk BERENGUER
2011Sarah GARZONI
Evgenija WASSILEW
Jannick GUILLOU
Laura WHITE
2010Nino LAISNE
Vincent CARLIER
Benjamin DUFOUR
Charlotte PUERTAS
2009Benoit MENARD
Elodie BOUTRY
Samir RAMDANI
Suzanne HUSKY
2008Eva TAULOIS
Astrid KORNTHEUER
Marie MOREL
Roland FUHRMANN (Allemagne)
2007Mélanie BERGER
Raphaële de GOROSTARZU
Anne-Laure BOYER
Rabea EIPPERLE (Allemagne)
2006Henni ALTFAN
Régis BAUDY
Julia PALLONE
Sylvain BOURGET
Nicolas GUIOT
Emeric HAUCHARD
2005Aeneas WILDER (Ecosse)
Michelle ALLARD (Canada)
Wilson TROUVE
Cédric COTTAZ
2004Sébastien VONIER
Lucie CHAUMONT
Vincent MAUGER
Julie LEGRAND
2003Laurent VAILLER
Nicolas SIMARIK
Jagna CIUCHTA
Caroline MOLUSSON
2002Nobuyuki TAKAHASHI (Japon)
Guillaume PINARD
Babeth RAMBAULT
Chrysa CHOUMETI
Florian BALZE
2001Sayaka AKIYAMA
Ulrika BYTTNER
Agnès HARDY
Hervé COQUERET
Nathalie SIX
2000Tomoko MAEZAWA
Freddy BERNARD
Bertrand DIACRE-PIEPLU
Christophe DUBOIS
Aurélie RONCIN
1999Séverine MONEUSE
Yasulo IBA (Japon)
Frédéric LEFEVER
Jean-Marc BERGUEL
1998François DURIF
Anne-Sophie DESOBLIN
Sabine GODEFROY (SABDAM)
Takanobu KOBAYASHI (Japon)
Jean-Guillaume GALLAIS
Emmanuelle SAMSON
1997Virginie DELANNOY
Marika BUHRMANN
Asako TOKITSU (Japon)
Rémy UCHEDA
Maud REVEL
1996Ludovic LIGNON
Seigen KYU (Japon)
Liliane VIALA et Pierre DUMONTHIER
Audry LISERON-MONFILS
Emmanuel LOUISGRAND
Gilles PICOUET
1995Sebastian GORDIN (Argentine)
Isabel BRETONES
Keita EGAMI (Japon)
Didier COURBOT
Pascal BROCCOLICHI
Maxime GONZALES
1994Baptiste ROUX
Guy CHEVALIER
Kenjiro OKAZAKI (Japon)
Olivier LEROI
Daniel FARNAUD
Xavier BOUSSIRON
1993H3 - Agathe HOUDAYER et Philippe HELAINE
Eric ARLIX
Tokihiro SATOH (Japon)
Stefan BOHNENBERGER (Allemagne)
Patrick VEYSSIERE
DSM - Isabelle CHEMIN et Guido HUBNER
1992Christophe BALLANGE
Emmanuel ARAGON
Ko KASHIWAGI (Japon)
Geneviève BURKARDT (Suisse)
1991René RIOU
Marika PERROS
Véronique MATTEUDI
Rosario MINEO
Satoko MASUDA (Japon)
Guy CHEVALIER // 1994 //
 



Né en 1964.
Vit et travaille à Bordeaux

Une distance qui dégage et rapproche.

Rappelons d’abord une simple vérité : toute oeuvre d’art commence par une affaire de cuisine. Soulignons donc l’importance de la maîtrise des contenants et des contenus, des récipients et des ustensiles, du mélange des substances, du choix des cuissons, du dosage des épices et de la qualité des sucs et des couleurs. Cette étape de la préparation ne préoccupe pas outre mesure Guy Chevalier même s’il ne se prive de mettre parfois “la main à la pâte”. Ce qui l’intéresse, c’est l’étape suivante, celle de la distribution et de la consommation. De la cuisine, de cet espace de la recette, on passe à la machine économique, à des mécanismes de production, d’échange et de consommation dans une structure sociale et des interdépendances entre ces mécanismes et cette structure. Ce qui rend l’échange possible, c’est un système de valeurs et de prix comme base commune de comparaison et de transaction. La valeur s’instaure, selon les économistes, à la “convergence de la rareté et du désir”. Le prix constitue l’expression de cette valeur d’échange. La valeur d’une oeuvre d’art repose sur l’intrication complexe entre l’émotion esthétique, l’apport artistique, l’argument historique, l’implication cognitive, l’inscription sociale et la dimension économique. Guy Chevalier perturbe ces principes de mise en valeur. Il fonde une banque et s’engage à constituer son fonds avec des oeuvres achetées à des artistes reconnus et ensuite effacées. En contrepartie de ce stock d’oeuvres “désactivées”, il invente une monnaie intitulée : “unité de proximité estimable”. Sous l’enseigne de la “Sublimated-States Banque”, il invite la population de Monflanquin à acquérir cent vingt peintures pour donner une existence collective et partagée à une “ligne d’horizon” ou propose une broderie de la grille du loto comme une clef possible à une vie comblée, idéale. Guy Chevalier amorce et équilibre ainsi les deux flux complémentaires à partir desquels fonctionne la machine économique : le flux d’énergie, de matières et d’informations et le flux de monnaie qui résulte des échanges et des transactions. Mais cette reconstitution de la démarche économique “standard” ne se réfère pas à une identification précise de la valeur d’échange. Elle ne demande aucune régulation, n’entraîne ni séduction ni rentabilité, mais provoque l’irruption de la dépossession, de l’insouciance, de l’imprévisible, de la perte généreuse. Par ses propositions décentrées, parfois naïves, par ses ruptures utopiques, Guy Chevalier refuse les pratiques de consensus, les situations de repli et d’impuissance, et mesure sa capacité à intervenir sur le monde. Il convoque la question de l’art non pas dans une perspective d’une activité contestataire mais comme un rêve qui décloisonne, interroge et anticipe, comme une distance qui dégage et rapproche, et remobilise la pensée et le regard.

Didier Arnaudet

Guy CHEVALIER
Artiste en résidence à Monflanquin
de Novembre 1994 à Janvier 1995
Plaquette 8 pages - 11 x 22 cm
2 photographies
Texte : Didier Arnaudet
Prix public : 3 €uro - Prix adhérent : 1 €uro