PHILOSOPHIE DU PROJET & CANDIDATURES / PANORAMA DES RÉSIDENCES [ 1991 - 2017 ]
Liste des artistes en résidence 1991 / 2017
2017Jimmy RICHER
Floryan VARENNES
Céline LASTENNET
Sabrina VITALI
2016Lou-Andréa LASSALLE
Amélie BERRODIER
Charlotte BARRY
Léa DUMAYET
2015Thomas MALENFANT
Pauline TOYER
Julie CHAFFORT
Nathalie LA HARGUE
2014Théodora BARAT
Béranger LAYMOND
Gabrielle HERVEET
Elisabeth SCHNEIDER
2013Simon THIOU
Romain RAMBAUD
Christelle ENAULT
2012Joo HEE YANG
WINSHLUSS
Claude LEVEQUE
Bérénice MERLET
Anouk BERENGUER
2011Sarah GARZONI
Evgenija WASSILEW
Jannick GUILLOU
Laura WHITE
2010Nino LAISNE
Vincent CARLIER
Benjamin DUFOUR
Charlotte PUERTAS
2009Benoit MENARD
Elodie BOUTRY
Samir RAMDANI
Suzanne HUSKY
2008Eva TAULOIS
Astrid KORNTHEUER
Marie MOREL
Roland FUHRMANN (Allemagne)
2007Mélanie BERGER
Raphaële de GOROSTARZU
Anne-Laure BOYER
Rabea EIPPERLE (Allemagne)
2006Henni ALTFAN
Régis BAUDY
Julia PALLONE
Sylvain BOURGET
Nicolas GUIOT
Emeric HAUCHARD
2005Aeneas WILDER (Ecosse)
Michelle ALLARD (Canada)
Wilson TROUVE
Cédric COTTAZ
2004Sébastien VONIER
Lucie CHAUMONT
Vincent MAUGER
Julie LEGRAND
2003Laurent VAILLER
Nicolas SIMARIK
Jagna CIUCHTA
Caroline MOLUSSON
2002Nobuyuki TAKAHASHI (Japon)
Guillaume PINARD
Babeth RAMBAULT
Chrysa CHOUMETI
Florian BALZE
2001Sayaka AKIYAMA
Ulrika BYTTNER
Agnès HARDY
Hervé COQUERET
Nathalie SIX
2000Tomoko MAEZAWA
Freddy BERNARD
Bertrand DIACRE-PIEPLU
Christophe DUBOIS
Aurélie RONCIN
1999Séverine MONEUSE
Yasulo IBA (Japon)
Frédéric LEFEVER
Jean-Marc BERGUEL
1998François DURIF
Anne-Sophie DESOBLIN
Sabine GODEFROY (SABDAM)
Takanobu KOBAYASHI (Japon)
Jean-Guillaume GALLAIS
Emmanuelle SAMSON
1997Virginie DELANNOY
Marika BUHRMANN
Asako TOKITSU (Japon)
Rémy UCHEDA
Maud REVEL
1996Ludovic LIGNON
Seigen KYU (Japon)
Liliane VIALA et Pierre DUMONTHIER
Audry LISERON-MONFILS
Emmanuel LOUISGRAND
Gilles PICOUET
1995Sebastian GORDIN (Argentine)
Isabel BRETONES
Keita EGAMI (Japon)
Didier COURBOT
Pascal BROCCOLICHI
Maxime GONZALES
1994Baptiste ROUX
Guy CHEVALIER
Kenjiro OKAZAKI (Japon)
Olivier LEROI
Daniel FARNAUD
Xavier BOUSSIRON
1993H3 - Agathe HOUDAYER et Philippe HELAINE
Eric ARLIX
Tokihiro SATOH (Japon)
Stefan BOHNENBERGER (Allemagne)
Patrick VEYSSIERE
DSM - Isabelle CHEMIN et Guido HUBNER
1992Christophe BALLANGE
Emmanuel ARAGON
Ko KASHIWAGI (Japon)
Geneviève BURKARDT (Suisse)
1991René RIOU
Marika PERROS
Véronique MATTEUDI
Rosario MINEO
Satoko MASUDA (Japon)
Nicolas GUIOT // 2006 //
     



Né en 1978.
Il vit et travaille Belgique et à Paris.

Nicolas Guiot cultive les forces qui vont unir son travail aux lieux et espaces qui l’accueillent. Contenu et contenant se confrontent, s’opposent, se heurtent, dans un travail indocile, qui rechigne à l’asservissement.
Il s’emploie à retourner les situations « créées » par les espaces conventionnellement dévolus à la création.
Nicolas nous prend au mot.
Sa production respecte le cahier des charges fixé à l’artiste, en imposant « volume » ou « peinture » dans l’espace. Ses débordements le remplissent, le perturbent, l’encombrent, parfois jusqu'à l’obstruction, dans un jeu qui n’a rien d’innocent.

L’espace d’exposition s’en trouve remisé au second plan, entraîné dans un courant ou l’artiste a repris « la main ».
Ses structures, affirment la présence de l’artiste, de son travail, de sa production, en regard d’un lieu tout autant que d’une « structure ».
Au sens propre comme au sens figuré il en révèle l’échelle, et les limites.

Pollen / Denis Driffort


La méthode est simple autant qu’efficace : c’est en ne se soumettant pas au carcan d’un espace que peuvent apparaître des ressources insoupçonnées et qu’on libère les possibilités d’un échange dégagé des règles, des codes et des obligations. Comment alors mettre les lieux d’exposition dans des situations inaccoutumées qui leur feront produire ce qu’ils ne peuvent produire d’habitude, ce qu’ils ne sauraient produire que grâce à un principe de renversement ?

Nicolas Guiot répond à cette problématique par l’encombrement et le débordement. Il ne se satisfait pas des limites qui compriment, coupent du dehors et privent de ce rapport essentiel avec l’activité de l’imaginaire. Il ne se plie pas au diktat de la place assignée. L’espace n’est pour lui ni cette étroitesse qui rassemble et désigne l’incandescence d’un centre, ni cette étendue entièrement ouverte, se développant sans point de repère. Il s’agit d’abord de le considérer comme un élément indispensable qu’il faut absolument prendre à son propre piège. L’espace ainsi ne se borne pas à enregistrer des expériences, il est la matière même de l’expérimentation, de la mise à l’épreuve des contraintes de sa clôture. Cette expérimentation dépend de phénomènes d’élargissement du contenant et des contenus conçus comme des événements d’encombrement et de débordement.

En produisant des pièces trop encombrantes ou trop imposantes, les unes saturant l’espace et les autres s’excluant de l’espace, Nicolas Guiot donne des indices d’une qualité et d’une force d’intervention. Chez lui, l’encombrement n’est pas remplissage et le débordement n’est pas démesure. Ils sont des engagements d’occupation de l’espace fondés sur des articulations beaucoup plus incisives entre dedans et dehors, vide et plein.

Les trois structures en bois et panneaux d’aggloméré ne peuvent pas apparaître comme des fantaisies disproportionnées et monstrueuses. Leur production découle d’une exigence de résultat qui requiert une rigueur sans faiblesse. Il faut absolument en rester à l’os, à la solidité de la démonstration et hausser la capacité de regard d’un cran. Ces structures d’une belle ampleur, intelligemment déraisonnables, stockées à l’extérieur ne laissent pas l’espace censé les accueillir vide mais se l’approprient autrement, différemment, en agissant au dehors en écho au principe formateur du dedans et en répercutant dedans la force génératrice du dehors.

Nicolas Guiot nous amène ainsi dans ce basculement qui propose des points de vue non pas décidés par la singularité de l’espace mais sollicités par la singularité de regard des interventions sur l’espace.

Didier Arnaudet

Nicolas GUIOT
Artiste en résidence à Monflanquin
de novembre 2005 à février 2006
Catalogue 16 pages couleurs – 21 x 16 cm
Texte : Didier Arnaudet

Prix public : 5 €uro - Prix adhérent : 3 €uro